Les Kino Clubs

A travers les Kino Clubs bulgares, l’équipe du Festival du Cinéma bulgare souhaite mettre à l’honneur au cours d’une soirée et plusieurs fois dans l’année, hors festival, l’oeuvre d’un professionnel du cinéma.

Le 1er Kino Club a ainsi ouvert ses portes le 30 novembre 2017, sous la thématique « Un soir, un auteur ».

Dans une ambiance plus décontractée que le festival, il s’agit d’un rendez-vous informel pour mieux connaitre la vie des artistes et leur point de vue. Assis confortablement dans les fauteuils du cinéma Christine 21, vous aurez également l’occasion de bénéficier des petites traditions bulgares en fonction des périodes de l’année ou d’un verre de rakia (eau de vie bulgare) pour se réchauffer pendant les jours où le soleil a oublié de débarquer à Paris.

L’objectif à terme est de constituer une communauté de « Kino lovers bulgares » (KINO en bulgare, voulant dire « cinéma »), pour des rendez-vous réguliers du cinéma, au coeur de Paris et idéalement en présence des professionnels, mis en lumière, dès que les moyens nous le permetteront.

Pour suivre la programmation des Kino Clubs, likez notre page Facebook, pour être informés des évènements.

 


LES KINO CLUBS PASSES

 

22 mars 2019 : Mise à l’honneur du réalisateur Christian Nochev

La 4ème date du Kino Club a présenté le film Frontière en présence du réalisateur Christian Nochev.

Pour plus d’info, découvrez l’événement Facebook

22 novembre 2018 : Mise à l’honneur du réalisateur Ilian Jevelekov

Proposé à l’Oscar du meilleur film en langue étrangère, le long métrage Omniprésent d’Ilian Jevelekov a été présenté lors de la 3ème date du Kino Club.

Pour plus d’info, decouvrez l’événement Facebook

22 février 2018 : Mise à l’honneur de la scénariste Zornitsa Sofia

La 2ème date du Kino Club a présenté la vie et l’oeuvre de la scénariste Zornitsa Sofia, avec notamment le long-métrage Mila de Mars.

30 novembre 2017 : Mise à l’honneur de l’opérateur Alexander Stanishev

Pour cette première projection du Kino Club bulgare, nous avons suohaité mettre à l’honneur l’opérateur Alexander Stanishev avec le long métrage « Foi, Amour et Whiskey » de Kristina Nikolova et le court-métrage « Peut être demain » de Martin Iliev.